Film analysis

Une comédie romantique où les protagonistes souffrent de troubles psychiatriques

Le trouble bipolaire dans le film Silver Linings Playbook

Chayma Bettaieb, Verena Shabani, Stéphane Rothen, Daniele Zullino, Gerard Calzada

DOI: 10.4414/sanp.2017.00482
Publication Date: 15.02.2017
Swiss Arch Neurol Psychiatr Psychother. 2017;168(02):0

Ce film met en avant la romance entre Pat et Tiffany. Bien que le film suive un schéma classique, il convient de souligner une particularité: les deux héros souffrent de troubles psychiatriques. Le film questionne ainsi la notion de «normalité» dans une société.

Silver Linings Playbook (2012)

Based on the novel by Matthew Quick. Written and directed by David O. Russell.

Silver Linings Playbook («Happiness Therapy») est un film du genre comédie dramatique, réalisé en 2012 par David O. Russell. Il s’agit de l’adaptation du livre du même nom de Matthew Quick.

fullscreen

Après avoir passé plusieurs mois au sein d’un hôpital psychiatrique dans lequel il a été interné suite à la ­violente agression envers l’amant de son épouse Nikki, Pat Solitano (Bradley Cooper) retrouve sa ­liberté. ­Durant son séjour à l’hôpital, il lui est diagnostiqué un trouble bipolaire. Ayant tout perdu, sa femme, son travail et sa maison, il se voit obligé de retourner vivre chez ses ­parents. Plein d’optimisme, est parfois un peu exalté, il est déterminé à reprendre sa vie en main et à affronter toutes épreuves pour se ré­concilier avec sa femme malgré qu’il lui ait été juri­diquement ­interdit de s’en approcher.

Il fait alors la connaissance de Tiffany (Jennifer ­Lawrence), qui n’est autre que la sœur d’une amie de Nikki. ­Tiffany, ­facilement déprimée et contrariée, traverse aussi une période difficile; son mari est mort et elle vient d’être licenciée. Pat voit en Tiffany un moyen de communiquer avec Nikki. Tiffa­ny accepte de transmettre une lettre à Nikki à condition que Pat participe à un concours de danse avec elle. Naît alors une romance inattendue entre les deux pro­tagonistes.

Le film présente une histoire romantique classique dont l’excentricité des personnages s’éloigne signi­fi­cativement des profils idéalisés et lisses auxquels le spectateur pourrait s’attendre. Néanmoins, les personnages sont sympathiques et attachants malgré leur anormalité affichée. Le spectateur est ainsi confronté à un exercice assez efficace d’ouverture et de tolérance.

Les troubles bipolaires sont présentés dans le film d’une manière assez réaliste. Par exemple, la scène où Pat jette le roman d’Hemingway par la fenêtre à 4 heures du matin à cause de la fin tragique de ­l’histoire et fait irruption dans la chambre à coucher de ses ­parents montre bien un épisode maniaque typique, ­accompagné d’un man­que de sommeil caractéristique de cette phase. A ce titre, le film se prête bien à un ­support d’enseignement.

Notons que dans le livre, le trouble mental de Pat n’est pas clairement spécifié, alors que dans le film les ­spectateurs ­apprennent dès le début que le personnage est atteint de trouble bipolaire. Le choix du réalisateur d’identifier formel­lement le trouble est un choix ­assumé. En effet, David O. Russel a une certaine expérience de la maladie, son fils souffrant de trouble bi­polaire. Il dit d’ailleurs lui-même en interview que ­certaines scènes du film sont semblables à ce qu’il a pu traverser avec son fils. Notons également que son fils, Matthew Russell, fait plusieurs apparitions dans le film. Il joue le rôle du jeune voisin désireux d’interviewer la famille Salitano pour un projet d’école sur les maladies mentales.

Vous trouverez une analyse approfondie du film et la bande ­annonce sur le site internet des «Swiss Archives of Neurology and Psychotherapy»: https://www.sanp.ch/online-only-content.

Chayma Bettaieb, Venera Shabani, Stéphane Rothen, Daniele Zullino, Gerard Calzada

Faculté de médecine, Université de Genève, Suisse

Poster officiel du film. © 2012 The Weisntein Company inc.

Correspondance:
Dr Gerard Calzada
HUG – Hôpitaux ­Universitaires de Genève
Rue Grand Pré 70C
CH-1202 Genève
Gerard.Calzada[at]hcuge.ch