Film analysis

Une première approche de la sémiologie

Les troubles anxieux dans le film What about Bob?

DOI: https://doi.org/10.4414/sanp.2018.00629
Publication Date: 12.12.2018
Swiss Arch Neurol Psychiatr Psychother. 2018;169(08):262

Tania Metaxas, Pierre-Alexis Tschuy, Gabriel Thorens, Daniele Zullino, Gerard Calzada

Faculté de Médecine de l’Université de Genève

Une comédie représentant le patient de faҫon humoristique et sympathique, caricature le psychiatre comme médecin incapable d’appliquer son savoir-faire à sa propre vie et devenant de plus en plus fou.

What about Bob? (1991)

Story by Alvin Sargent, Laura Ziskin. Screenplay by Tom ­Schulman. Directed by Franz Oz.

«What about Bob?» décrit l’étrange relation qu’entretient un patient souffrant d’un trouble anxieux avec des fortes composantes obsessionnelles et compulsives, Bob Wiley, avec Leo Marwin, psychiatre reconnu et imbu de lui-même.

Bob présente plusieurs signes et symptômes caractéristiques de certains troubles anxieux, des troubles ­obsessionnels compulsifs et d’agoraphobie et il montre également des signes de personnalité dépendante. La psychopathologie semble plutôt bien représentée au début du film et l’interprétation de Bill Murray a reçu des retours très positifs des personnes souffrant de trouble anxieux. Au vu de cela, la première partie du film peut donner un aperçu original du vécu d’une ­personne souffrant de phobies, en revanche le portrait de la personne anxieuse n’est pas représenté parfaitement.

fullscreen

En effet, la prise en charge et la guérison évoquées par ce film relèvent plus de principes dramaturgiques que de la pratique clinique réelle. Si les hypnotiques pris par Bob et la thérapie comportementale du Dr Marvin sont assez représentatifs des traitements proposés à l’époque, en revanche pour la gué­rison de Bob, la fiction prend le pas sur la réalité.

Bob est montré comme un homme inoffensif, niais et attendrissant, dont les crises d’angoisse sont représentées de manière burlesque. Malgré que ses troubles soient sévères, Bob arrive à établir une relation avec la famille Marvin et se montre humain et attachant. Ainsi, le film permet au grand public d’avoir une image nuancée des personnes souffrant de troubles psychiatriques. Au final, on peut concéder à ce film, malgré une dramaturgie parfois invraisemblable, un certain effet déstigmatisant, rendant sympathique un per­sonnage souffrant de trouble anxieux.

Le Dr Leo Marwin est la caricature d’un médecin prétentieux, ambitieux et extrêmement carriériste qui ne sait pas comment gérer sa propre famille. Le psychiatre perd de plus en plus de crédibilité à mesure que le film progresse. En effet, alors que Bob semble se sentir mieux et commence à entretenir des liens ­privilégiés avec les enfants et la femme du Dr Marwin, ce dernier semble plonger peu à peu dans une sorte de folie, comme si son patient la lui transmettait. En ce sens, «What about Bob?» tombe un peu dans le ­cliché du film où le psychiatre devient fou.

«What about Bob?» n’est peut-être pas le film le plus ­adéquat pour un enseignement de la sémiologie des troubles anxieux et des symptômes obsessionnels compulsifs, mais grâce à son atmosphère légère, il ­permet néanmoins une première approche de la ­matière. Ce film amène une opportunité d’ouvrir une discussion autour des inexactitudes dues aux ­exigences dramaturgiques.

Vous trouverez une analyse approfondie du film et la bande ­annonce sur le site internet des «Swiss Archives of Neurology, Psychiatry and Psychotherapy»: www.sanp.ch/online-only-­content.

Credits

Capture d’écran d’une bande-annonce du film.

Header image: © Capture d’écran de la bande-annonce officielle du film.

Correspondence

Dr. med. Gerard Calzada
HUG – Hôpitaux Universitaires de Genève
Rue Grand Pré 70C
CH-1202 Genève
Gerard.Calzada[at]hcuge.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close