access_time published 17.01.2018

Le jeu d’argent pathologique dans le film Rounders

Eléonore Convert
Shawna Pfeiffle
Ariella Machado
Daniele Zullino
Gerard Calzada

Le jeu d’argent pathologique dans le film Rounders

17.01.2018

Ce film permet au spectateur connaisseur de pouvoir se placer du côté du patient et mieux comprendre son ressenti, son excitation liée au jeu, grâce aux effets ­scéniques.

Rounders (1998). Screenplay by David Levien and Brian Koppelmann. Directed by John Dahl.

Trame

Mike Mc Dermott est un jeune joueur passionné par le poker. Son rêve est de pouvoir accéder à la grande finale qui se déroule à Las Vegas, contre son idole Johnny Chan. Une nuit, il perd toutes ses économies en une seule partie contre le grand Teddy KGB, un russe qui tient une salle de poker non déclarée. Cette perte le pousse à quitter définitivement le jeu et à se concentrer sur ses études de droit. Il promet à sa copine, Jo, de se tenir à cette décision. Mike retrouve une vie sociale et estudiantine normale jusqu’au jour où son vieil ami Worm sort de prison, et avec lui réapparaît sa vieille habitude.

Worm est un joueur qui a l’habitude de tricher pour gagner et qui joue à crédit la plupart du temps. Lorsqu’il sort de prison, Worm se retrouve face à des dettes très élevées. Mike va devoir faire un choix: céder à la tentation et replonger dans le jeu ou faire définitivement une croix sur son passé. L’influence de Worm sur Mike est telle que ce dernier recommence à jouer et se retrouve lui aussi impliqué dans le remboursement des dettes de Worm. Mike ment à Jo quant à sa rechute. Leur relation en pâtit et Jo le quitte définitivement. Worm réussit à prolonger la date butoir de 5 jours et ils commencent une véritable course aux jeux afin de rembourser les 15'000 dollars de dette.

En jouant plusieurs parties, ils arrivent quasiment à atteindre le montant, mais lors d’une de leurs dernières parties, Worm rejoint le jeu malgré les recommandations de Mike, et il se fait prendre en train de tricher. Ils perdent à nouveau toutes leurs économies.

Worm décide de partir pour échapper à ses problèmes, mais cette fois Mike ne le suit pas. Avec l’aide d’un prêt que son ancien professeur de droit lui fait, Mike joue avec Teddy KGB. Lors de la première partie, Mike gagne contre Teddy et il se retrouve avec assez d’argent pour rembourser la totalité de la dette de Worm. Teddy le provoque pour qu’ils refassent une partie. Mike hésite avant d’accepter; le risque est démesuré. Il risque de tout perdre à nouveau, de ne plus pouvoir régler la dette de Worm et de devoir repartir à zéro encore une fois. La partie est longue et périlleuse, mais Mike la gagne. Il paie la dette de Worm, rembourse le prêt que lui avait fait son professeur et part en direction de Las Vegas dans le but d’accomplir son rêve de gagner la finale du World Series of Poker main event.

Contexte historico-culturel du film et de la psychiatrie

Rounders est un film du genre comédie dramatique réalisé par John Dahl en 1998. Le contexte historico-culturel du film correspond à celui des années quatre-vingt-dix en Amérique. Au niveau économique, le film présente les USA comme un pays centré sur l’argent; il est plus facile d’y jouer à des jeux que de faire des études et trouver un travail pour gagner sa vie. Après la légalisation des jeux d’argent, la ville de Las Vegas prend de l’ampleur et fait rêver certains Américains. Les casinos se multiplient et montrent une Amérique attirée par le divertissement, la rapidité et la facilité qu’offrent les jeux d’argent.

La psychopathologie

Les deux personnages principaux Mike et Worm souffrent du trouble de jeu pathologique. Le film représente bien les critères diagnostiques de ce trouble cité dans le DSM-V.

Le début du film montre que Mike joue de manière répétée depuis un certain temps et qu’il ressent le besoin d’augmenter les sommes d’argent avec lesquelles il joue. La première scène du film montre en effet une partie où il mise littéralement toutes ses économies et, à ce moment-là, son excitation est à son comble.

Après avoir perdu tout son argent, il arrête pendant un certain temps. Néanmoins, l’excitation et sa tentation sont tangibles lorsqu’il se retrouve dans une situation dans laquelle il est entouré de personnes qui jouent. Il est aussi à remarquer que Mike est très préoccupé par le jeu et surtout par la remémoration de sa dernière partie où il a tout perdu, et à laquelle il fait allusion de nombreuses fois.

Lorsqu’il retrouve son meilleur ami Worm, la tentation est trop grande et il recommence à jouer. Mike change complètement d’humeur ; il passe la nuit à jouer sans compter les heures et il prend un énorme plaisir à le faire. La différence entre le comportement de Mike entre la nuit passée à jouer, et la nuit passée dans son camion pour travailler est extrême. D’ailleurs, il dira même que cette nuit où il s’est rassis à une table de jeu est la première nuit où il s’est senti revivre depuis la dernière partie où il a tout perdu ; on réalise à ce moment l’importance du jeu dans sa vie.

Du moment où Mike recommence à jouer, il commence à mentir à Jo, sa copine, pour cacher le fait qu’il est retombé dans le jeu. Il manque de plus en plus de cours, de réunions avec ses collègues pour préparer leur jugement test, de nuits avec Jo. Ceci va s’empirer jusqu’au point où il va définitivement perdre la relation avec Jo et la possibilité de poursuivre ses études de droit. Après avoir perdu tout leur argent lors d’une partie dans laquelle ils se font prendre pour tricherie, Mike va même devoir demander à son ancien professeur de droit une grande somme d’argent pour se sortir d’une situation financière désespérée. Il commence donc lui aussi à s’endetter.

Lors de la dernière scène du film, Mike a gagné la partie contre le grand KGB et pourrait se retirer. Il a assez d’argent pour rembourser la dette de Worm, mais il accepte de relancer une partie, malgré le risque déraisonnable. Cette prise de risque est la base même de l’excitation recherchée dans le jeu à laquelle Mike ne peut pas résister.  

Worm quant à lui n’a jamais essayé d’arrêter de jouer. Il utilise la tricherie pour gagner ses parties, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a été en prison. Même au milieu carcéral il continue de jouer aux cartes. Lorsqu’il sort de prison, la première chose qu’il dit à Mike est qu’il a appris beaucoup de nouveaux tours qu’ils pourront utiliser dans leurs prochaines parties. Worm est un joueur qui joue toujours à crédit; il emprunte soit directement dans le «casino», soit à Mike. D’ailleurs lorsqu’il sort de prison, Worm est déjà endetté de plus de 15'000 dollars. Bien que Mike lui demande de jouer consciencieusement, Worm continue à n’en faire qu’à sa tête. Plusieurs fois, il perd ses parties et retourne directement demander de l’argent à Mike pour recommencer à jouer. Il recouvre ses pertes en refaisant une autre partie.

À la fin du film, Worm va aller jusqu’à perdre l’amitié de Mike, car il n’arrive pas à arrêter de jouer à sa manière. Il se retrouve tellement endetté qu’il préfère partir plutôt qu’affronter ses problèmes.

  Knitsch, un autre protagoniste, représente un personnage qui ne souffre pas d’un trouble de jeu d’argent pathologique. Il est un joueur professionnel. Il joue depuis des années pour nourrir sa famille, mais à la différence de Mike et Worm, il joue sans crédit, de manière sûre et intelligente. Knitsch ne cherche pas l’excitation procurée par la prise de risque du jeu; il cherche à gagner de l’argent pour vivre. La seule raison pour laquelle il joue aux jeux de cartes est l’argent. Il ne présente donc pas les critères diagnostiques du DSM-V.  

Ce film expose bien la psychopathologie du trouble du jeu pathologique. De plus, il permet de s’identifier au personnage et de «ressentir» instantanément ce qu’il vit. Le suspense y est extrêmement bien représenté grâce aux effets scéniques. Les spectateurs accèdent au monde interne du protagoniste principal et comprennent l’excitation qui enivre le joueur lors d’une partie. En plus de permettre de voir l’impact que le jeu a sur le personnage, il offre aussi au spectateur la possibilité de prendre conscience de l’impact de ce comportement sur l’entourage du joueur. Ce film peut donc être un bon support d’enseignement des troubles liés au jeu d’argent, car il représente de manière pertinente les critères du DSM-V et permet de passer de la théorie à une vision plus comportementale et concrète du trouble.

Les représentations sociales

La maladie et les patients psychiatriques

Étant donné que plusieurs personnages sont atteints de l’addiction au jeu et qu’ils sont tous représentés différemment, il peut être intéressant de les analyser séparément.

La première et plus importante figure est le personnage de Mike: personnage principal du film, c’est à lui que le spectateur aura tendance à s’identifier. Bien que les critères diagnostiques le définissent comme atteint de gambling, il est représenté dans le film comme le héros qui rechute pour aider son ami Worm, tout juste sorti de prison et déjà endetté. En effet, c’est uniquement lorsque Worm lui demande de l’aide pour les parties de poker que Mike décide de retoucher les jetons. Jusque-là, il avait réussi à rester abstinent malgré un attrait visible pour le jeu (comme dans la fameuse scène avec les juges). Ainsi, il incarne le personnage fidèle à son ami qui est prêt à se mettre en danger et à briser ses propres promesses au nom de l’amitié. Le spectateur assimile donc Mike au héros, d’autant plus que Mike devient le maître du poker sans aucune tricherie. Cependant, on pourrait considérer que la demande de Worm n’est qu’une excuse pour se remettre à jouer. Cette hypothèse se confirme à la fin du film, lorsque Mike décide d’affronter à nouveau Teddy KGB, alors qu’il a déjà remboursé toutes ses dettes, et se rend à Las Vegas pour tenter sa chance. Malgré ces décisions indéniables en faveur du jeu pathologique, le spectateur est satisfait pour Mike et il oublie la souffrance qu’il a pu endurer et loue son choix, ne le considérant pas forcément comme un trouble, mais comme un don pour le poker.

Le deuxième personnage atteint du trouble, Worm, incarne plutôt le déviant. En effet, il joue même en prison et dès qu’il en ressort il est prêt à mettre son ami Mike en danger. De ce fait, le spectateur identifie Worm comme le personnage dépendant et quasiment «fou» du film. On risque d’éprouver de l’animosité pour lui, car il fait replonger le héros et il lui attire des ennuis. Contrairement au cas de Mike, le spectateur à ne pas ressentir de pitié pour Worm, le considérant comme responsable de ses actes.

Dernier personnage souvent présent dans le film: Joey Knitsch, le joueur professionnel qui soutient à plusieurs reprises Mike. Selon le DSM-5, le jeu professionnel est un diagnostic différentiel [1]. Or, il est possible se demander s’il s’agit d’une sublimation du trouble, c’est-à-dire que le personnage a rendu sa maladie socialement acceptable en en faisant un métier. Dans tous les cas, ce personnage incarne la figure soignante auprès de Mike ainsi que le modèle de réussite.  

D’autres films abordent cette pathologie. On peut citer Owning Mahowny (2003), qui relate l’histoire vraie d’un homme d’affaires atteint du trouble [2,3]. Le caractère réel de l’histoire tend à représenter le personnage et le trouble de manière plus sincère et véridique que la mise en scène hollywoodienne de Rounders [3]. The Gambler (2014) ressemble davantage à ce dernier pour sa dramaturgie et son dénouement positif. Le trouble semble moins véritable et représentatif de la réalité, la mise en scène recherchant davantage le suspense et les effets scéniques [2].

Les psychiatres-soignants  

Il n’y a pas de soignants à proprement parler dans le film Rounders, mais il y a plusieurs personnages qui pourraient prendre ce rôle vis-à-vis de Mike.  

Celui qui semble le plus important est Knitsch, autant pour son rôle de soignant que pour son rôle d’ami. En effet, ce personnage reste aux côtés de Mike du début jusqu’à la fin du film. Lorsque Mike perd tout son argent durant la partie avec KGB, c’est Knitsch qui l’aide à se remettre de cette défaite en lui proposant un travail avec son camion. De plus, Knitsch représente l’antithèse de Mike ; il joue pour l’argent et non pour l’excitation que le jeu apporte. Il joue de manière non risquée et encourage tout au long du film Mike à en faire de même. Lors de nombreuses scènes, on voit Knitsch donner des conseils à Mike, bien que celui-ci ne les suive pas. Du moment où Worm sort de prison, Knitsch conseille Mike de prendre ses distances avec lui, car Worm est un tricheur qui va très probablement lui causer des ennuis. À la fin du film, c’est vers Knitsch que Mike va se retourner en premier pour trouver de l’aide. Knitsch ne lui donne pas d’argent, conscient que cela ne vas pas aider son ami. Tout au long du film, Knitsch essaye de raisonner Mike pour qu’il utilise ses dons dans le jeu pour devenir un joueur professionnel qui ne risque pas sa vie à chaque partie.  

Jo, même si elle n’a pas à proprement parler un rôle de soignante, encourage Mike à rester abstinent. Au début du film, Mike ne joue plus et leur relation semble harmonieuse, mais lorsque Mike prononce un mot concernant le jeu, elle réagit fortement de peur que Mike rechute. Elle représente le « bon » côté, la vie idéale que Mike pourrait suivre, c’est à dire avoir une relation amoureuse stable et poursuivre ses études de droit. Elle quitte Mike lorsqu’elle se rend compte de sa rechute.  

Mike a un rôle protecteur envers Worm. Depuis le début du film et jusqu’à la fin, il sera là pour lui. Il essaie de soutenir Worm en lui recommandant de jouer de manière loyale pour ne pas se faire prendre. Il va assurer ses arrières quand Worm s’endette même si les situations sont de plus en plus risquées. Bien que Worm ne l’écoute pas, ne suive pas ses conseils et ne fasse que s’endetter de plus en plus, Mike le soutient toujours. D’ailleurs, lorsque Worm doit rallonger le délai pour rembourser sa dette envers KGB, c’est Mike qui va se porter garant de celle-ci. Lors des dernières parties jouées ensemble, Worm obéit à Mike et ne se mêle pas du jeu pour éviter qu’ils se fassent prendre pour tricherie. Cependant, Worm ne résiste plus à son envie de jouer et vient tricher lors de l’ultime partie dans laquelle Mike était en train de gagner et c’est cette scène qui marque la fin de l’amitié entre les deux.

Le système psychiatrique  

Aucun des protagonistes ne bénéficie d’un suivi psychiatrique. L’absence du monde médical reflète bien la réalité selon laquelle seule une infime partie de la population souffrant de ce type de pathologie est prise en charge correctement.

Conclusion

Le comportement d’addiction au jeu est représenté de manière pertinente et concrète dans ce long-métrage. Il nous place d’emblée du côté du « patient » et nous permet de mieux comprendre son ressenti. Il invite aussi le spectateur à se représenter de manière plus vivante les critères diagnostiques de ce trouble. Cependant, bien que le film fasse ressentir l’excitation liée au jeu, la mise en scène reste très « hollywoodienne » et les personnages campent des rôles bien définis. Il faut donc rester prudent avec les images stéréotypées renvoyées par les protagonistes du film. Ces clichés sont susceptibles d’engendrer des représentations réductrices et des jugements erronés de la population. En outre, l’absence du personnel soignant peut véhiculer l’idée que le trouble lié au jeu d’argent relève plutôt d’un choix de vie dont les conséquences peuvent être bénéfiques (Mike) ou malheureuses (Worm) que d’une pathologie psychiatrique à part entière. En conclusion, ce film apporte un regard pertinent et intéressant pour un public connaisseur du trouble. En revanche, le spectateur non spécialiste peut manquer d’éléments cruciaux pour apprécier à sa juste valeur et apporter une critique éclairée à ce film.

Liste bibliographique

1. Guelfi JD. DSM-IV-TR: manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. 4e éd., texte révisé, version internationale avec les codes CIM-10. Paris: Masson; 2005.

2. Owning Mahowny (2003) - Plot Summary - IMDb [Internet]. [cité 7 mars 2017]. Disponible sur: www.imdb.com/title/tt0285861/plotsummary

3.Swiss Archives of Neurology, Psychiatry and Psychotherapy - Online only content [Internet]. [cité 7 mars 2017]. Disponible sur: sanp.ch/en/online-only-content/post/le-jeu-dargent-pathologique-dans-le-film-owning-mahowny/

Eléonore Convert

Shawna Pfeiffle

Ariella Machado

Daniele Zullino

Département de psychiatrie, Université de Genève

Gerard Calzada

Faculté de Médecine de l’Université de Genève

Become a blogger

Would you like to submit a blog article? Please contact us!

e-mail contact